Historique

  • Avant 1960
  • de 1960 à 1980
  • après 1980

La localité d’Aubange

Au point de vue historique, Aubange est une petite localité située au sud de la province du Luxembourg, à proximité immédiate de la France.  En 1255, on trouve ce village sous le nom de Obengis; En 1683, cela devient Obanges, Ubingen qui porte le nom roman de Aubange comme traduction libre, a relevé successivement de la châtellenie de Longwy, du bailliage de Saint-Michel, de celui d’Etain et de l’Office de Villers-la-Montagne.

L’Etoile Sportive Frontière

Avant que ne soit créée officiellement l’Etoile Sportive, il existait déjà à Aubange une équipe de football.  Ce club, qui groupait principalement les jeunes du village, avait reçu la dénomination d’« Etoile Sportive Frontière ».  A cette époque on se contentait de jouer des parties amicales avec les villages voisins et les Albert Rassel, Margue, Niclou, F. Collin, Fraselle, Godenne, Muller A. et Cie, passèrent de bien agréables moments.

Au café Muller – Frontière

On dit que la vie est un éternel recommencement et ce qui est était vrai au début du siècle l’est encore aujourd’hui.  A cette époque, les sportifs se donnaient généralement rendez-vous au café.

A Aubange, les acharnés et les plus actifs se rencontraient au café Muller, situé à la Frontière.  Ce fut là que ces audacieux décidèrent la création d’un club officiel.

« Il faut y aller rondement », dit l’un d’eux
« Je me mets immédiatement au boulot », rétorqua un autre.  Celui-là se nommait Georges Lespagnard.
L’on passa aussitôt au recrutement des adeptes, essayant, en outre, d’obtenir des fonds pour démarrer.

Cela se passait en 1928.  Le club était né, il avait aussi un comité et son premier président s’appelait Muller, propriétaire du café.  A cette époque déjà, Georges Lespagnard assurait la trésorerie.  Pour plus d’exactitude, le club vit le jour le 01 septembre 1928.

On trouva aussi un terrain non loin du bois et c’est là, peu nombreux peut-être mais bien décidés, que les jeunes vinrent s’entraîner avec l’idée de mener un jour l’équipe en provinciale.

On démarre sérieusement

Après quelques rencontres amicales contre Musson, Mussy, Athus, etc… et devant les résultats obtenus, les responsables décidèrent de s’affilier à l’U.R.B.S.F.A. Le matricule 1433 fut accordé aux Aubangeois, cela se passait au début de 1929, plus exactement en mai 1929.

Par la suite, M. l’abbé du village, voulut créer un autre club de football appelé le Saint-Félix. Mais il ne fut jamais officiel, car un règlement de l’Union Belge stipulait qu’il ne pouvait exister deux clubs de football dans une commune de moins de 5.000 habitants.

L’inactivité du Saint-Félix devait permettre à plusieurs jeunes gens de venir grossir les rangs de l’E.S.

Dans l’équipe qui pris part au championnat de 1929-1930, on devait trouver, en plus de Georges Lespagnard, Silori Benjamin, Léon Picart, Frésing René et Roger, Wonner Dominique, Baille René, Jacquet René, Davreux Henri et Camille, Goedert Félix, Bergch Emile, Hotton Camille, Peschon Henri et bien d’autres qui luttèrent avec fougue et décrochèrent la timbale des débutants.

Par la suite, on accueillit parmi les nouvelles recrues : Hardy Maurice, Margue Josy, Muller Adelin, Burton Julien, Wonner Théo et Marcel, Lambot, Bonmarin, Reding Arthur.  Il y eut, mais bien plus tard, des gars qui défrayèrent souvent et toujours favorablement la chronique.  Nous citons parmi eux : Gérino Silori, Eppe René, Zeller, Reyter Georges et André, Van Brabant, Nornert, Thommes Eugène, Colas Jean, Schmit Roger, Noël Désiré, Fournel, Valentin Paul, Hourt Marcel, etc…

L’E.S. déménagea de terrain quelques temps plus tard pour jouer sur un terrain à proximité de la bretelle d’autoroute actuelle.

On force les portes de la provinciale

Après avoir évolué en régionale durant quelques saisons qui virent monter successivement en provinciale l’ancien club arlonais, le F.C. Saint-Donat, Ethe-Belmont, le Saint-Louis d’Athus et enfin l’Etoile Sportive trouva elle aussi la consécration.  L’équipe qui a accompli cette performance se composait de : Silori B., Ad. Muller, Lambot, Friob, M. Hardy, Wonner Théo, Wonner Marcel, Wonner Dominique, Margue Josy, Reding et Bonmarin.

Un wagon de chemin de fer pour 923,75 francs

C’est bien de courir de victoires en victoires et de remporter un titre très envié, mais cela cause aussi certains soucis.  Le règlement fédéral exigeait, pour cette série, que les vestiaires devaient se trouver au terrain.  Puisqu’il en était ainsi et malgré que le club n’était pas riche, on ferait cependant face à toutes les exigences.  Les dirigeants cotisèrent, et après bien des palabres, l’acquisition d’un wagon de chemin de fer fut décidé.  Ce wagon servirait de vestiaires.  On l’aménagea tant bien que mal, mais ce fut suffisant.

La trésorerie déboursa  923,75 francs pour cette acquisition.  A ce moment, le club avait changé une nouvelle fois de terrain pour se retrouver le long du chemin de fer, où se trouve maintenant la rue Farbich.

De plus en plus, l’équipe aubangeoise fit parler d’elle, ses joueurs ont déjà une cote dépassant la moyenne.  Les « scouts » de la J. Arlonaise, à cette époque Léon Goffinet et Adolphe Hissette, viennent superviser Théo Wonner.  Les Athusiens de la Jeunesse sont désireux de raccrocher Reding.  Et c’est ainsi que ces deux joueurs quitteront Aubange en 1936.  Le premier défendit avec autorité les couleurs arlonaises, par la suite et de part ses occupations professionnelles, il fut cédé au S.R.U. Verviers.  Quant à Reding, après avoir évolué à Athus, il émigra vers Andenne, pour finalement revenir à son club d’origine.

Malheureusement, ces départs créèrent une certaine désorganisation dans la cohésion de l’équipe, rien d’étonnant dès lors de se retrouver dans le panier à crabes et de faire la culbute.

Cela n’affecta toutefois pas le moral des « Frontaliers » et on remonta bientôt en provinciale pour ne plus faire de rechute.

Pas un mauvais pourvoyeur de joueurs

Ce que l’on ne peut vraiment passer sous silence, c’est que si le travail fut souvent ardu et pénible, les dirigeants connurent pour ainsi dire toujours des satisfactions de la part de leurs joueurs.  Ainsi, voulant récompenser un joueur méritant qui demandait son transfert, ils ne firent jamais de difficulté.

C’est ainsi qu’après les départs de Wonner et de Reding on vit, en 1947, Gérino Silori passer dans l’équipe promotionnaire de la Jeunesse Athusienne et cela pour deux saisons, montant du transfert : deux rencontres dont le bénéfice irait au club cédant.  Par après, ce fut Lamock qui passa chez les « Métallos », Jeannot Wonner fut cédé à Tilleur, puis passa à Montagnarde (Liège), Bruno Silori vint une année à Arlon, mais il préféra retourner à son club d’origine pour y vivre une ambiance plus chaude.  Vers 1960, l’Etoile transféra au Racing de Rodange (Grand-Duché) son puissant arrière Lambin, il ne voulait ainsi mettre aucune entrave à la carrière de ce brillant élément, car une solide situation lui était offerte « am Ländgen ».

Comme on le voit, Aubange n’est vraiment pas un mauvais pourvoyeur de joueurs pour certaines équipes.

On ne roule pas sur l’or, mais jamais de déficit

A cette époque, les rentrées d’argent étaient de 19.000 francs, et les factures s’élevaient à 32.000 francs.  Pour tenter de boucler chaque année son budget, l’E.S. créa au sein de son comité une section d’athlétisme, laquelle fut dissoute depuis.  Les sous-sections des Frontaliers mirent souvent une belle ambiance dans la localité.  On se rappelle les belles manifestations avec la participation de la Garde Républicaine Française.  Ces fêtes furent toujours de belles réussites.  On alla même en 1947 jusqu’à organiser une rencontre de football en nocturne, ce fut vraisemblablement la première de ce genre dans la province.  Avec l’amabilité de la Linalux, on avait installé six gros projecteurs qui ceinturaient le terrain, c’était loin d’être parfait, mais la Garde Républicaine, qui était championne de France militaire, et la belle formation grand-ducale de Pétange, parvinrent cependant à faire vivre aux nombreux spectateurs quelques belles phases.

Relevons encore que l’E.S. était parvenue à faire sortir de sa section d’athlétisme un certain Ricaille, qui, a l’époque, tant en France qu’au Grand-Duché et en Belgique, donna entière satisfaction aux passionnés de ce genre de sport.  Il fut même champion du Grand-Duché catégorie « Scolaires ».  Par après, Ricaille émigra au Canada et abandonna la compétition.  Ce fut regrettable car c’était une belle pousse.

De vrais dévoués

Toujours dans le domaine des heureuses réalisations, M. Max Ledent devait, dès 1946, prendre l’initiative, de commun accord avec M. Collin, président fondateur de La Roche, d’organiser lors des rencontres entre leurs équipes respectives, une petite réception intime où une collation était offerte aux dirigeants et joueurs des deux équipes.  Cette excellente tradition s’est étendue par la suite à toutes les équipes venant en visite à Aubange.

Si l’on n’est pas riche à l’E.S. – ce sont d’ailleurs les Aubangeois qui détenaient le peu enviable record des clubs de provinciale réalisant les plus faibles recettes – on boucle tout de même chaque saison son budget, sans aucun déficit.

Dès lors comment s’y prend-on ?  Voilà, au début de chaque saison, les membres du club font le porte à porte, pour recruter le plus possible de membres d’honneur.  On organise également quelques bals, pour les déplacements on utilise parfois un petit car, parfois ce sont les supporters qui transportent les joueurs dans des voitures particulières.

Vers 1959, il s’est formé à Aubange un club de supporters à la tête duquel se trouvait M. Maurice Lichtfus, ce dernier était d’ailleurs très bien secondé par une équipe dynamique au possible, nous retrouvons d’ailleurs dans ce comité : Ancion André, Hourt Marcel, Jacquet, P. Schrobiltgen, Noirhomme, R. Biver, Ad. Dumont.

Ce nouveau groupe a fait de l’excellent travail, il a payé pour la saison 1959-1960 un équipement complet aux joueurs ainsi qu’une assurance spéciale.

Il y eut par la suite deux autres clubs de supporters.  Un emmené par François Reuter, et le second par Lucien Gilles. A l’heure actuelle, il n’existe plus de club de supporters.

Depuis sa fondation, on a vu succéder au club en qualité de président : de 1928 à 1930 : M. Muller ; de 1930 au 15 juin 1935 : M. J. P. Schmit ; de 1935 à 1950 : M. Victor Eppe.

En 1950, c’est Max Ledent qui a assuré la présidence.  M. Ledent était cette personnalité connue de tous les dirigeants de clubs, car outre les fonctions qu’il exerçait à Aubange, il était membre du Comité provincial et il était aussi le promoteur de toutes les manifestations internationales qui se déroulaient dans le Luxembourg, c’est à lui que nous devons toutes les rencontres des joueurs de la province avec nos amis du Grand-Duché, les confrontations avec les jeunes des autres provinces.  A ce sujet, signalons qu’il était secondé de belle façon par M. Gaston Triffaux, lequel exerça durant de nombreuses années et cela de façon de maître le secrétariat de l’E.S.  C’est d’ailleurs lui, Gaston Triffaux, qui organisait toutes les activités et les festivités du club comme le match en nocturne de 1947.

En 1960, les destinées de l’E.S. Aubangeoise sont entre les mains de MM. Max Ledent, président ; Justin Hausemer, secrétaire ; Georges Lespagnard, trésorier ; membres : Maurice Hardy, Kintzinger, Poncin, Marsant, Liégeois, Louis, J. Thommes.

Dans ce comité qui se serre toujours les coudes, on remarque que l’ingénieur voisine avec l’ouvrier, le commerçant avec l’employé, mais une chose est certaine, c’est que tous se dévouent constamment pour le bien de l’Etoile.  Il en est d’ailleurs de même des joueurs, qui étaient tous de la région et amateurs cent pour cent.  A ce sujet, faisons remarquer que lorsqu’un joueur ne pouvait se rendre libre le dimanche, le comité n’intervenait d’aucune manière dans le coût du remplacement.  C’est une raison pour laquelle que l’E.S. a employé au cours de la saison 1959-1960 19 éléments, à savoir : Kintzinger, Nizet, Conrotte, Genin, Silori, Bacj, Dero, Hardy R., Hardy M., Poncin, Stoffel, Talbot, Feltesse, Ledent, R. Decker, Denis, Antzorn, Klein et Lucas.

Des résultats prometteurs

De tout temps, les Frontaliers réussirent à tenir les ténors en échec.  En 1946, par exemple, le 3 novembre, l’E.S. recevait sur son terrain le C.S. Libramontois, qui était à l’époque en tête de la série.  Les Aubangeois l’emportèrent par 4-2, malgré tous les pronostics des spécialistes.  On cria à la chance.  Mais Aubange pour prouver que c’était grâce à ses efforts constants qu’il obtenait de pareils résultats, donna rendez-vous à ses détracteurs pour le début décembre de la même année.

A cette époque, l’équipe de Bastogne avais pris le relais du C.S. Libramont et vint rendre visite aux Sudistes.  La partie fut palpitante et finalement les Bastognards furent battus 5-3.

A cette époque, l’équipe était conseillée par Josy Zglinski de l’U.S. Longwy.  Par la suite, les Aubangeois bénéficièrent bénévolement des services de Mourton, ex-portier professionnel de l’U.S.B. Longwy, puis de Gérino Silori son ex-vedette et ensuite, c’est de nouveau M. Mourton – qui ne pouvait vraiment se passer de venir voir ses pousses – qui est revenu éduquer les gens de M. Ledent.

La meilleure saison

La saison 1952-1953 restera dans mémoire des Aubangeois.  Il fut longtemps question d’un duel entre Aubange et Bastogne, les Frontaliers furent d’ailleurs en tête vers le milieu de la course.  Il fallut quelques mauvaises journées, comme par exemple la fois où les Aubangeois furent battus chez eux par Vielsam (2-3).  Enfin et finalement, Aubange se classa troisième, derrière Bastogne qui était cependant parvenu à prendre quelques points d’avance et Virton qui avait une poussière de plus que l’E.S. laquelle terminait avec 44 points pour 30 matchs.

La saison 1958-1959, Aubange a accroché chez lui tous les ténors, Libramont, Bastogne également, et Virton. A la mi-championnat, Aubange se retrouvait en fin de classement en position de reléguable.  Lors du deuxième tour, en 15 matchs, l’équipe réalisa deux matchs nuls et gagna les treize autres.  Un retour inespéré.  Il y aurait eu trois matchs en plus et l’équipe serait montée.

Royale Etoile Sportive Aubange

C’est le 25 février 1954 que le club d’Aubange reçoit le titre de Royale Etoile Sportive Aubange.

Rien n’arrêtera l’Etoile Sportive d’Aubange !

Le dimanche 25 novembre 1956, lors de la crise du pétrole, des mesures avaient été prises en Belgique pour diminuer et rationner la consommation d’essence.  La circulation automobile fut interdite le dimanche, sauf pour quelques cas prioritaires tels que les taxis et les bus.

Ce dimanche 25 novembre 1956, l’Etoile Sportive d’Aubange devait se rendre à Musson dans le cadre du championnat.  Mais à la Royale Etoile Sportive Aubange, on accepte avec le sourire de se soumettre à ces restrictions d’essence.  Un cheval, une charrette et… beaucoup de bonne humeur, voilà tout ce qu’il fallait pour se déplacer à Musson et revenir avec la moitié de l’enjeu.

Pour la petite histoire, le cheval et la charrette appartenait au boulanger M. Poncin, père du joueur Jean Poncin.

Ci-dessous, la photo de l’équipe et de son véhicule de déplacement :

calecheb

De gauche à droite

Vital Marcelet, Kintziger, Pierrot Klein, Jean Poncin, Jean Ledent, Maurice Hardy, Roland Hardy, Bruno Silori, Jean Back, ??, René Gioria, René Nizet, Deroo, Montfort, Marcel Hourt, André Reyter, Gérard Hourt, Tallier

En fait, le déplacement s’est effectué en bus, mais la photo avait été prise pour faire un petit peu d’humour. Mais l’idée n’était pas mauvaise du tout, non ?!

Un terrain communal

Jusqu’à présent, l’E.S. a occupé trois terrains, le premier à proximité du bois, le deuxième en face du « Drapeau Belge », route de Longwy, le troisième le long de la voie ferrée, ce dernier fut d’ailleurs modifié.

Mais la commune a décidé, que l’E.S. sera doté d’un terrain qui pourrait rivaliser avec les plus belles pelouses du Luxembourg.  Et, il est même question que ce nouveau terrain sera doté d’un éclairage électrique qui répondra à toutes les exigences, pour le déroulement des matchs en nocturnes.

Au terme de la saison 1961-1962, l’Etoile Sportive Aubangeoise est redescendue en 2ème provinciale avec comme entraîneur, M. Mourton.

En août 1962, Aubange change de terrain, et jouera désormais sur le terrain que la commune avait décidé d’offrir à l’Etoile. Cette année, les entraînements furent donnés par Bosko Senkart.

L’année suivante, Bibi Feltesse pris l’équipe en main jusqu’au terme de la saison 1966-1967, c’est à dire pour 4 saisons.

Les vestiaires du terrain ont été construit par des bénévoles du club,dirigés par Pierrot Klein.Les gradins ont été en grande partie réalisés par le secrétaire de l’époque, Victor Schiltz, avec les moyens du bord. La buvette a été construite en trois partie : une première partie qui faisait 3,50 mètres sur 3,50 mètres, puis, toujours avec des bénévoles, elle a été agrandie par deux fois pour donner la buvette que vous voyez à ce jour au terrain.

Voici les noms de tous les bénévoles qui ont participé aux travaux au terrain de la Royale Etoile Sportive Aubange : Pierre Klein, Max Ledent, Constant Ansion, Aubin Ansion, André Ansion, Jean Gênin, Victor Schiltz, Pierre Schrobiltgen, Raymond Noirhomme, Paul Valentin, Marcel Timmerman, Firmin Claudot, Joseph Audrit, Lucien Ricaille, Raymond Maury, Joseph Dubru, Marcel Antzorn, Léon Picard, Emile Fraselle, René Nizet, Vital Marcelet, Robert Audrit, Maurice Hardy, Roland Hardy, Bruno Silori, René Kintziger, Adolphe Dumont,… en espérant n’avoir oublié personne, mais si tel était le cas, nous nous en excusons.

C’est en 1965, lors de la saison 64-65, qu’Aubange réintègre la première provinciale, et y restera jusqu’en 1972, c’est à dire durant 7 années.

L’équipe de 1964-1965

64-65b

De gauche à droite :

Debouts : René Kintziger, Robert Audrit, Jojo Muller, André Lambin, Roland Hardy, Paul-Pierre Feltesse
Accroupis : Jean Antzorn (Tixi), Maurice Hardy, Marcel Ruar, Alain Guillaume et René Roger.

A cette époque, notamment lors de la saison 1965-1966, Aubange était occupé à jouer un rôle inattendu dans le championnat. Aubange était alors incontestablement l’un des clubs de provinciale qui « marchait » très fort. Bibi Feltesse, entraîneur, pouvait compter sur 70 à 80 joueurs, jeunes y compris bien évidemment. L’équipe comptait alors sur Ruar, un espoir du football qui emmenait une attaque dont la gauche était internationale…puisque le français de Mont-Saint-Martin, Guillaume, épaulait René Roger. La droite avait été modifiée puisque Maurice Hardy jouait en soutien de Audrit.

Le travail de relais fut magistralement assuré par Roland Hardy, et ce diable de Virtonais, Hermand. Décevant comme ailier promotionnaire, Hermand s’était imposé comme l’un des bons relayeurs de provinciale.

En défense, Feltesse est devenu singulièrement costaud. Lambin l’est aussi et Silori y ajoute son sang froid et son expérience.

Ci-dessous, la photo de l’équipe de la saison 1965-1966

65-66b

De gauche à droite :

Debouts : Léon Picard (comité), Paul-Pierre Feltesse, Hermand, René Kintziger, Bruno Silori, André Lambin, Roland Hardy et Bibi Feltesse (entraîneur)
Accroupis : Alain Guillaume, René Roger, Marcel Ruar, Maurice Hardy et Robert Audrit

Cette même année 1965, le 2 mai 1965, les minimes d’Aubange étaient invités à un tournoi organisé par le R.W.D.M dans leurs installations ainsi qu’à Kappeleveld. Lors de ce tournoi, réunissant 120 équipes venant de France, d’Allemagne, du Luxembourg, des Pays-Bas, d’Italie et de Belgique, nos joueurs terminèrent à la troisième place derrière l’Eendracht Alost et le C.S. Nivelles.

Voici le classement des 14 premières équipes :
E. Alost
C.S. Nivelles
R.E.S.Aubange
F.C. Heultje
S.C. Charleroi
F.C. Nijlen
Racing-White
Racing-Gand
S.V. Schrick
C.S.St. Josse
V.V. Overpelt
R.C. Montégnée
Waterschei
D.C. Louvain

Ci-dessous, la photo du capitaine de cette équipe d’Aubange, Gérard Hourt, qui se voit remettre la coupe des mains du Prince Alexandre.

gerard-b

Ci-dessous, l’équipe des minimes de ce tournoi avec leurs supporters

minime1-b

De gauche à droite :

Debouts : Jean-Claude Rausch, Claude Grognard, Fernand Rollus, Christian Wantz, Gérard Antoine, Jean-François Guillaume, Dominique Fox, Gérard Hourt, André Rollus, Père Grognard, Marcel Ruar, ??, René Roger, Pierrot Klein, Frédéric Methman, Patrick Soquet, Yvette Latran, Claude Siccart, Ernest Simon
Accroupis : Maurice Hardy, ??, Guy Pierret, Patric Valentin, Claude Latran, Guy Adam, Jean-Marie Youngers, Alain Henquinet, Luc Halbardier, Emile Colas, Philippe Petit, ??, Patric Schiltz, Jean-Michel Simon, Roland Damien, Michel Latran

Plus de 1200 personnes

Le 29 janvier 1967, plus de 1200 personnes ont assisté au derby entre Halanzy et Aubange sur le terrain des Miniers. Halanzy était alors en tête du classement avec quatre points d’avance sur Aubange. Le score sera fixé à 2 – 2, Aubange revenant à égalité dans les dernières minutes de chaque période, avec deux buts signés Guillaume. Cette année, l’équipe était dirigée par F. Methman, et ce jusqu’en octobre 1971 où Roger Deller pris les commandes jusqu’à la fin de la saison 1972-1973.

Fusion ? Pas question.

Au cours de cette même année 1967, une suggestion avait été faite pour une entente ou d’une fusion Halanzy-Aubange, mais il en était hors de question.
« Donnez un peu la défense d’Aubange à Halanzy, et vous verrez quelle équipe les frontaliers pourront présenter ! », tels étaient les propos entendus du côté de la frontière franc-belge. Halanzy était en tête pour monter en promotion, mais il faudrait des renforts importants qui coûteront certainement beaucoup de billets, alors pourquoi ne pas aller les chercher chez nous en faisant un amalgame Halanzy-Aubange. Mais il n’en a rien été.

Un derby … un vrai !

C’est en 1967 que M. Methman prend les commandes de l’équipe première d’Aubange pour la saison 1967-1968. Il effectua cette tâche jusqu’en octobre 1971.

Le 26 octobre 1967, se déroule le derby entre Musson et Aubange, derby entre gens du sud. La partie fut toute d’engagement et de football à coups de souliers et d’ahans. Pas de fioriture, moins encore de gracieuse élégance. Du jeu direct, profond, spontané, volontaire. A Aubange, Guillaume fit avec raison une prudente rentrée et du coup, rendit confiance et allant à René Roger, le plus dangereux pour les filets du gardien de Musson, Vespesiani. Piazzon, Feltesse, Jules (Mémé) et Maurice Hardy, y allèrent avec un cœur du tonnerre de dieu.

Malheureusement, la partie se gâta au moment où Guillaume rapporta tout bas à l’oreille de M. Paquet, que « l’Oscar » Flamang lui disait des gros mots.

La suite ne fut plus qu’une longue et non lente valse de studs et de godasses à ras de gazon.

Maurice Hardy se fit abîmer quelques incisives, Flamang tordre le genou droit, Paolo Verrachia raboter la main gauche et Jeannot Yans, était lui, en fin de partie, victime d’une sérieuse entorse, alors qu’on redouta la fracture pendant quelques instants.

Ci-dessous, l’équipe de 1967-1968

67-68b

De gauche à droite :

Debouts : Paul-Pierre Feltesse, Maurice Hardy, Robert Audrit, Christian Wantz, Paolo Verrachia, Jules Hardy (Mémé)
Accroupis : Gabby Piazzon, Claudy Klein, Jeannot Martin, Alain Guillaume, René Roger

Ci-dessous, l’équipe de 1968-1969

68-69b

De gauche à droite :

Debouts : Maurice Hardy (coiffeur), Paolo Verrachia, Vital Marcelet, Pierre Friob, Mémé Hardy, Victor Schiltz, Jean-Pierre Brydet (Bidule), Christian Wantz, Maurice Hardy, Robert Audrit, Gérard Hourt, Paul-Pierre Feltesse, (Pépé), Max Ledent (Président), François Reuter (Président Comité Supporters), Frédéric Methman (Entraîneur)
Accroupis : Michel Latran (Délégué), Robert Gratia, Christian Delcorde, Jean-Michel Marchal, Marcel Ruar, René Degiampietro, René Roger, Gérard Grabowski

Ci-dessous, l’équipe de 1969-1970

69-70b

De gauche à droite :

Debouts : Paolo Verrachia, Paul-Pierre Feltesse, Robert Audrit, Pierre Friob, Daniel Lamberty, Jules Hardy (Mémé), Max Ledent (Président)
Accroupis : Claudy Silori, Jean-Michel Marchal, Pascal Piccolo, Maurice Hardy, René Roger, Gérard Bonnemberger, Alain Guillaume

Christian Delcorde… au Beerschot

Le transfert de ce joueur pour le Beerschot a rapporté au club la coquette somme de 1.050.000 de francs. Le secrétaire de l’époque était Victor Schiltz.

Comment ce jeune homme de 19 ans a-t-il pu se faire enrôler par le grand club anversois situé à 250 km de son domicile ? Il nous l’explique lui-même par un article de l’époque :

« C’est le regretté monsieur Dekkers qui m’avait vu à l’œuvre dans un tournoi pour jeunes au Grand-Duché. Il prit aussitôt l’avis d’Arthur Ceuleers et cet avis fut favorable. Encore fallait-il convaincre mes parents. Et je vous jure que ce ne fut pas le plus facile. En fait, j’étais sollicité par Arlon, Esch et j’aurais pu aussi jouer à Luxembourg et même à Metz. Dès lors, mes parents ne voyaient pas pourquoi j’irais shooter aussi loin. Mais le hasard (peut-être un peu forcé ?) favorisa mon transfert pour le Beerschot. En effet, je devais entrer à l’armée et je fus désigné pour une unité casernée à Anvers. Je dois donc, entre deux entraînements, me taper cinq cents kilomètres pour aller embrasser mes parents. J’avoue qu’au début, je ne me sentais pas du tout à l’aise dans la trépidante vie anversoise.

J’avais la nostalgie d’Aubange. Mais j’ai tenu le coup, d’abord grâce à la très grande cordialité de deux gentlemen comme Yves Baré et Roland Coclet. Au début, je ne parlais pas un mot de néerlandais, mais comme je connais l’allemand, j’ai pu converser et passer d’excellents moments avec Emmerich et Bröch, deux joyeux bonshommes. Au reste, dommage que Roger Claessen ne soit plus au Kiel, je m’entendais très bien avec lui.

Samedi dernier, je ne savais pas que j’allais pouvoir remplacer Tolsa après la reprise. Dès lors, j’avais dit à mes parents qu’ils ne devaient pas faire les frais d’un aussi long voyage et du logement à Anvers… rien que pour venir me voir assis sur le banc des réserves. Maintenant que j’ai joué la toute deuxième mi-temps et que j’ai inscrit contre Diest mon premier goal en première division, je regrette amèrement que mes parents n’aient pas vu cela. Mais ce n’est que partie remise. Ils viendront bientôt. Pourvu que je marque un goal ce jour là ! Au reste, à peine arrivé en équipe première, j’ai déjà une grande ambition : attirer l’attention du commandant Bers et du colonel Francisse pour l’équipe nationale militaire. J’ai appris avec beaucoup de joie que le capitaine du Beerschot et de l’équipe militaire, Bob Dalving, m’avait recommandé à ce propos ! »

Charlie Vandewouwer, l’ailier droit de la fameuse ligne d’attaque des années trente à quarante, a eu Christian Delcorde dans l’équipe junior du Beerschot qu’il a entraîné. Son opinion sur Christian est tout bonnement enthousiaste : « Il a un extraordinaire coup de pied du revers et une exceptionnelle vista du jeu. Je crois qu’il est à l’aube d’une grande carrière ; d’autant qu’il suit avec beaucoup d’application tous les conseils. Quand il aura terminé son service militaire, il deviendra sans aucun doute, pour des années, un titulaire à par entière de notre équipe première. D’ailleurs rien ne dit qu’il n’a pas l’étoffe d’un international. Il doit encore beaucoup travailler, oui. Mais comme il aime le travail… »

Cliquez ici pour lire l’article sur Christian Delcorde tiré du livre de Jean-Claude Watrin : « de Michel Renquin à Philippe Albert »

Max Ledent cède sa place

A la fin de la saison 1971-1972, Aubange refait la culbute vers la 2ème provinciale. En octobre 1971, M. Methman cessa d’entraîner l’équipe première, qui fut alors dirigée par Roger Deller jusqu’au terme de la saison.

En 1972, le président de l’Etoile Sportive Aubange, Max Ledent, cède sa place malgré lui, puisqu’il décède cette année-là. C’est alors à ce moment que notre actuel président, le Dr Jean-Marie Hubert, arrive à la présidence de l’Etoile Sportive Aubangeoise, le 11 septembre 1972 exactement.

Le 17 septembre 1973, Michel Chleide prend les fonctions de secrétaire de l’Etoile Sportive Aubange.

Ascenseur

René Nordinger pris en main l’équipe première pour la saison 1972-1973, et Aubange fait son retour direct en première provinciale. L’Etoile Sportive restera au sein de l’élite pendant 8 années, c’est à dire jusqu’en 1982, avec respectivement comme entraîneur :

  • Saison 1973-1974 : Sylvain Deller
  • Saison 1974-1975
  • Saison 1975-1976
  • Saison 1976-1977 : Maurice Hardy
  • Saison 1977-1978 : Jean-Charles Depiesse
  • Saison 1978-1979
  • Saison 1979-1980 : Yvon Gratien
  • Saison 1980-1981 : Dominique Fox

 

Aubange remporte remporte le premier challenge du Journal des 3 Frontières

Lors de la saison 1972-1973, Aubange remporte le 1er challenge du Journal des 3 Frontières, avec une moyenne de 2,96 (68 buts marqués et 23 encaissés), devant Châtillon (2,63) et Athus (2,14).

Ci-dessous, Robert Cogoi, remet le 1er challenge au capitaine Maurice Hardy et à l’entraîneur Mr. Nordinger.

maurice-b

Ci-dessous, l’équipe de 1972-1973

72-73b

De gauche à droite :

Debout : Claude Latran, René Nordinger (entraîneur), Dominique Fox, Maurice Hardy, Claude Klein, Jean-Claude Rausch, Claude Cornerotte, Jean-Pierre Bridet, André Focant , René Nizet
Accroupis : René Focant, Christian Rausch, Robert Audrit, Robert Cogoi, Philippe Petit, Alain Guillaume, René Roger, Pierre Friob

Ci-dessous, l’équipe de 1973-1974

73-74

De gauche à droite :

Debout : Klein Joseph, Renson Michel, Bridet Jean-Pierre, Fox Dominique, Hardy Maurice, Klein Claudy, Rausch Jean-Claude, Conerotte Clause, Nordinger René, Feltesse Paul-Pierre (Pépé), Friob Pierrot, Focant André, Nizet René
Accroupis : Audry Robert, Latran CLaude, Petit Phillippe, Guillaume Alain, Rausch Christian, Focant René, Roger René, Olimar Monique

Ci-dessous, l’équipe de 1974-1975

74-75b

De gauche à droite :

Debout : René Kintziger, Daniel Bauer, Clauy Klein, Jean-Claude Rausch, Jean-Charles Depiesse, Dominique Fox, Claude Cornerotte, René Focant, Maurice Hardy
Accroupis : Coco Schadeck, Patrick Esposto, Charly Debat, Patrick Valentin, – , Moumous Kasami

Ci-dessous, l’équipe de 1977-1978

77-78b

De gauche à droite :

Debout : Michel Hilbert, Claude Cornerotte, René Focant, Daniel Bauer, Dominique Fox, Claudy Klein, Jean-Charles Depiesse (entraîneur), Patrick Muller
Accroupis : Christian Rausch, Patrick Esposto, Claudt Dardenne, Charly Debat, Emile Montfort, Eric Maury, Patrick Maury

Ci-dessous, l’équipe de 1978-1979

78-79b

De gauche à droite :

Debout : Michel Hilbert, Brahim Adabi, Marcel Lambin, Claude Cornerotte, Emile Montfort, Philippe Petit, Marcelino Stoffler, Yvon Gratien (entraîneur)
Accroupis : Jean-Paul Petit, Moumous Kasami, Patrick Esposto, Christian Rausch, Patrick Maury, Joël Villance, Philippe Muller

Ci-dessous, l’équipe de 1979-1980

79-80b

De gauche à droite :

Debout :  Joseph Poncelet, Alain Guillaume (délégué), René Focant, Emile Monfort, Jacques Hansel, Marcel Lambin, – , Joël Villance, Yvon Gratien (entraîneur)
Accroupis :   Moumous Kasami, Patrick Esposto, Eric Maury, Christian Rausch, Patrick Maury, Philippe Petit

Une petite anecdote

Lors du week-end du 6 et 5 octobre 1979, le président Aubangeois, Jean-Marie Hubert, a téléphoné d’Israël pour savoir si ses joueurs avaient repris le dessus sur une série de contre-performances.

anectb

Ci-dessous, l’équipe de 1980-1981

80-81b

De gauche à droite :

Debout :  Eric Maury, Moumous Kasami, Claude Cornerotte, Joël Villance, Ronald Jung, Marcel Lambin, Charly Debat, Emile Montfort
Accroupis :   Luc Balon, Marc Olimar, Christian Rausch, Philippe Petit, Patrick Maury, Patrick Esposto, Dominique Fox

Aubange perd Michel Chleide ?

« A cause d’une promotion professionnelle, le football et le ping-pong d’Aubange perdent Michel Chleide, un super-secrétaire ! », tel était le titre du journal des 3 frontières du mercredi 22 avril 1981.

Michel Chleide, le sympathique gérant de la Société Générale de Banque à Messancy, à l’époque, venait en effet d’être nommé, à partir du 1er juin 1989, gérant de la Société Générale de Banque à Neufchâteau.

Voilà une promotion professionnelle qui ne fit plaisir à… personne, tant Michel Chleide était apprécié et estimé dans son rayon d’activité. Sur le plan professionnel, Michel Chleide avait donné un cœur à son agence de Messancy depuis 5 ans, où il s’est occupé d’une clientèle toujours plus fournie avec son ami de travail, Robert Hilbert.

Sur le plan sportif, c’était aussi le dirigeant actif et le secrétaire attentif du club de football et du club de tennis de table d’Aubange.

Michel Chleide (36 ans à l’époque) est ce jeune Gaumais originaire de Jamoigne qui, sorti de l’Institut technique à Namur, entama sa carrière professionnelle à l’agence de la Société Générale de Banque Grand-Rue à Athus, et qui fut ensuite nommé gérant à Messancy. Son travail l’a fait remarquer. Au football aubangeois, il succéda à Michel Rennesson. Au club des Marsupilamis lancé en 1969, Michel Chleide fut des promoteurs avec les André Hirtz, Claude Jadot, Michel Marchal, Christian Reyter, Jean-Pol Michel, Marcel Théate, Claude Latran, Dominique Fox, Raymond Lahure et les autres.

Michel Chleide a marqué son passage à Aubange-Messancy. La jeunesse doit beaucoup à son sens du service, de l’organisation et de l’effort d’entreprise. Des gabarits comme le sien sont précieux dans la bonne marche d’une société ou d’un club.

Mais ce qui avait été annoncé au départ, ne fut pas réalisé. En effet, Michel Chleide avait annoncé, suite à sa promotion, qu’il quitterai le club de football d’Aubange et le club de tennis de table.

Mais c’était sans compter sur son amour du football, car après sa promotion à Neufchateau, Michel Chleide stoppa en effet ses activités au sein du club de tennis de table, mais il n’en fit pas de même pour le football. Il aura donc gardé une de ses deux activités, privilégiant le football. Mais son goût pour le tennis de table a toujours été présent, la décision n’a certainement pas été prise de gaîté de coeur.

Quoi qu’il en soit, Aubange a gardé son secrétaire Michel Chleide et le club peut encore à l’heure actuelle compter sur cet homme dévoué.

chleideb

Aubange refait l’ascenseur

Aubange refait l’ascenseur pour la saison 1981-1982 où l’équipe retombe en 2ème provinciale pour remonter directement la saison suivante (1982-1983). Lors de la saison 1981-1982, les entraîneurs Dominique Fox et Michel Hilbert se sont occupé de l’équipe. Ce dernier s’occupa seul de l’équipe première pour la saison 1982-1983.

Ci-dessous, l’équipe de 1981-1982

81-82b

De gauche à droite :

Debout :   Claude Latran, Joël Villance, Denis Hubert, Claude Cornerotte, Ronald Jung, René Focant, Emile Montfort, Michel Hilbert (entraîneur)
Accroupis :   Olivier Villance, Joao Fernandes, Jean Samré, Eric Klein, Jacques Hansel, Patrick Maury, Marcel Lambin

Aubange remporte le 11ème challenge du Journal des 3 Frontières

Lors de la saison 1982-1983, Aubange remporte le 11ème challenge du Journal des 3 Frontières, avec une moyenne de 2,16 (67 buts marqués et 31 encaissés) devant Messancy (1,90) et Halanzy (1,88).

Ci-dessous, l’équipe de 1982-1983

82-83b

De gauche à droite :

Debout : Michel Hilbert (entraîneur), Olivier Hubert, Thierry Lespagnard, Michel Fox, Denis Hubert, Joao Fernandes, Joël Villance, Marcel Lambin, Claude Latran
Accroupis :   Pascal Gratia, R. Migeotte, Thierry Pedrono, J-P. Petit, Olivier Villance, Patrick Maury

Christophe Hubert à Anderlecht

En 1983, Christophe Hubert, joueur de la R.E.S.A. et fils du Président Jean-Marie Hubert, est transféré à Anderlecht. Il évolue à ce moment en Cadet 2ème année. Il y resta durant 5 années et joua la saison complète en Juniors UEFA lors de sa dernière saison au Sporting. Il quitta ensuite Anderlecht pour revenir dans la Province et joua au Lorrain Arlon en Promotion.

Aubange, lauréat du « Mérite sportif »

Le jeudi 22 septembre 1983, Aubange reçoit le trophée du mérite sportif. Le Dr Hubert, président du club, expliqua alors qu’il ne voulait plus entendre parler d’un club qui mène une politique particulière d’austérité. Le club, à ce moment, passait pour ne plus vouloir dépenser de l’argent. « Pas du tout », affirma le Dr Hubert, « nous menons notre barque, suivant les circonstances. Et nous n’avons pas du tout l’intention de faire une politique de moines franciscains, c’est à dire de vivre comme des pauvres ! »

Lors de cette soirée, M. Nizet, échevin des sports, avait mis en exergue la politique de restriction financière du club qui avait directement réintégré la 1ère provinciale, après une saison de relégation. Il cita un extrait d’un journal régional : « Il serait raisonnable que le sport dans nos régions, se pratique pour le sport et non pour l’argent ».

docteur-b

M. le Bourgmestre Raymond Dumont remet le mérite athusien à M. le Docteur Jean-Marie Hubert, le sympathique président du R.E.S.Aubange

Un derby moins engagé

Le derby entre Aubange et Athus, lors de la saison 1983-1984, fut disputé devant un public de plus de 900 personnes. Les deux équipes luttaient en tête du classement, mais le sporting Athusien remporta une victoire méritée, et se retrouva ainsi à 2 longueurs de Bastogne et garde toutes chances de monter en promotion ! C’est dans la bonne humeur que les deux équipes ont posé pour la photo.

derby-b

Le derby s’acheva sur le score de 0 – 1 en faveur des Athusiens, l’unique but étant inscrit par Messaouden.

Lors de cette saison 1983-1984, Aubange se maintient en 1ère provinciale, et ce durant 4 années. La cinquième année (1987-1988), Aubange retombe en 2ème provinciale. Les entraîneurs suivants se sont occupés de l’équipe première durant ces 5 années :

  • Saison 1983-1984
  • Saison 1984-1985 : Fernand Donneaux
  • Saison 1985-1986
  • Saison 1986-1987 : Mémé Hardy
  • Saison 1987-1988 : Mémé Hardy puis Philippe Guérard

Ci-dessous, l’équipe de 1983-1984

83-84b

De gauche à droite :

Debout : Dr. Jean-Marie Hubert (Président), Monsieur et Madame Léardini (sponsor du club), Eric Klein, Patrick Maury, Michel Feltesse, René Focant, Joël Villance, Thierry Lespagnard , Olivier Hubert, Fernand Donneaux (entraîneur), Michel Chleide (secrétaire)
Accroupis : Gus Verdin, Romain Maquet, Marcel Knobé, Philippe Petit, Raymond Migeotte, Olivier Villance, Marcel Lambin, René Kintziger (délégué)

Ci-dessous, l’équipe de 1984-1985

84-85b

De gauche à droite :

Debout : Fernand Donneaux (entraîneur), Marcel Lambin, René Focant, Olivier Hubert, Michel Feltesse, Thierry Lespagnard , Joël Feltesse, Michel Andrin (délégué), Denis Hubert
Accroupis : Jean-Pascal Grandjean, Marcel Knobé, Olivier Villance, Francis Sarica, Raymond Migeotte, Philippe Petit, Thierry Pedrono, Romain Maquet

Ci-dessous, l’équipe de 1985-1986

85-86b

De gauche à droite :

Debout : Michel Andrin (délégué), René Focant, Joël Villance, Marcel Knobé, Denis Hubert, Marcel Lambin, Richard Willot, Thierry Pedrono
Accroupis : Olivier Hubert, Jean-Paul Petit, Romain Maquet, Olivier Villance, Francis Sarica, Raymond Migeotte
Absent : Mémé Hardy (entraîneur)

Trophée sportif du Crédit Communal de Belgique

Le mercredi 8 octobre 1986, Aubange reçoit un trophée du Crédit Communal de Belgique. En effet, poursuivant sa politique d’aide à la propagation du sport dans le pays, le Crédit Communal de Belgique venait de récompenser 36 clubs sportifs et 15 écoles de la province de Luxembourg qui devaient se partager 477.000 francs. Ces trophées ont été répartis en tenant compte principalement des initiatives prises en faveur des jeunes. Parmi les bénéficiaires, figurait la Royale Etoile Sportive Aubange.

Ci-dessous, l’équipe de 1986-1987

De gauche à droite :

Debout : Mémé Hardy (entraîneur), René Kintziger, René Focant, Olivier Villance, Marcel Lambin, Francis Toussaint, Thierry Pedrono, Patrick Maury, Dominique Ruar, Michel Andrin (délégué)

Accroupis : Norbert Pelini, Marcel Knobé, Didier Rossignon, Romain Maquet, Raymond Migeotte, Luc Saive, Olivier Hubert

Culbute

C’est lors de la saison 1987-1988 qu’Aubange refait la culbute en 2ème provinciale. L’entraîneur était Philippe Guérard, qui avait succéder à Mémé Hardy en début de championnat.

Ci-dessous, l’équipe de 1987-1988

87-88-2

De gauche à droite :

Debout :  Yannick Recht, René Focant, Olivier Villance, Christian Thierry, Didier Rossignon, Damir Miocef, Marcel Lambin, Joël Villance, Bernard Bailleux (sponsor), Michel Andrin (délégué)

Accroupis :  Fabrizzio Demichele, Mémé Hardy (entraîneur), Jean-Pascal Grandjean, Romain Maquet, Patrick Maury, Olivier Hubert, Pascal Matera, Thierry Pedrono

Ci-dessous, l’équipe de 1987-1988

87-88b-2

De gauche à droite :

Debout :  Romain Maquet, Michel Chleide, Olivier Villance, René Focant, Joël Villance, Pascal Matera, Christian Thierry, Gilberte Flock (sponsor), Damir Miocef, Didier Rossignon, Jean-Marie Hubert (Président), Elisé Villance, Michel Andrin (délégué)

Accroupis :  Fabrizzio Demichele, Eric Maury, Yannick Rescht, Jean-Pascal Grandjean, Olivier Hubert, Luc Saive, Thierry Pedrono, Mémé Hardy (entraîneur)

Saison 1988-1989

Au terme de la saison 1988-1989, Aubange est champion en 2ème provinciale et réintègre l’élite. Le match à Fouches s’était déroulé devant 250 personnes. C’est un auto-goal du défenseur fouchois Lefèvre qui ouvrait la marque pour Aubange à la 43ème. Ce mince avantage fut sauvé à plusieurs reprises par le jeune gardien d’Aubange. A cette époque, c’était Philippe Guérard qui entraînait l’équipe première. Lors de cette saison, Pierrot Berte inscrivit 18 buts alors qu’Olivier Hubert trouva le chemin des filets à 15 reprises.

Ci-dessous, l’équipe de 1988-1989

88-89b

Ci-dessous, vous trouverez quelques photos du sacre :

champ1-b

champ2-b

champ3-b

Le salut… romain de Michel Chleide, secrétaire général d’Aubange qui réintègre la Provinciale ! L’observateur s’est étonné qu’avec un « noyau » aussi riche, Aubange ait été inquiété jusqu’au bout. « On nous attendait tous les dimanches, c’est le lot des favoris. Nous n’allons pas faire de folies en transferts ! »

Philippe Guérard resta au sein de l’équipe première pour la saison 1989-1990 où la R.E.S.A. s’est maintenu en 1ère provinciale.

Ci-dessous, l’équipe de 1989-1990

89-90b

De gauche à droite :

Debout : Philippe Guérard (entraîneur), Dominique Moinil (adjoint), Olivier Hubert, Christophe Hubert, Olivier Villance, Denis Hubert, Sébastien Ansion, Michel Hercot

Accroupis :  – , Alain Lambert, Dominique Lapeyre, – , Pascal Roa, Rudy Jacolet, Luc Hansel, Jean-Marc Feltesse

Les juniors de la RESA au tour final national

juniors-b

De gauche à droite :

Debout :  Michel Chleide (secrétaire), Raymond Liégeois (Délégué), Vincent Meyer, Gérald Liégeois, Arnaud Mathieu, Rudy Jacolet, Luc Hansel, Alain Plun, Michel Casciato, Sébastien Ansion, René Kintziger (entraîneur)

Accroupis : Dominique Moinil, Gaëtan Lanners, David Valentin, Olivier Gratia, Laurent Piazzon, Belacca Jean-Carl, Alain Lambert

Absents :  David Gracco, Jean-François Mathieu, Jean-François Muller, David Oth, Philippe Roth, Hervé Villance

Les dirigeants d’Aubange qualifiaient volontiers d’historique la journée que venait de vivre leur club le dimanche 19 mai 1991. Leur équipe junior disputait en effet la demi-finale du tour final national des juniors. Ils rencontraient les juniors de Hamme.

Au time d’une rencontre partagée, le score était toujours vierge. Tout se décida dans le dernier quart d’heure. Il restait quelque 12 minutes à jouer lorsque Hamme prit l’avance au marquoir. Aubange se lança dans un forcing. Gaëtan Lanners se présentait seul et allait conclure lorsqu’il fut basculé dans la surface de réparation. Le penalty s’imposait. David Valentin le frappait à côté du cadre. Une lourde désillusion pour ce joueur qui venait de disputer une rencontre exemplaire. Aubange perdait ainsi le droit de disputer la finale face au F.C. Bruges qui venait d’écarter dans l’autre demi-finale, Marchienne, le tombeur d’Anderlecht au tour précédent. Chacun se plut à souligner la correction et le bon climat qui prévalurent à cette rencontre. Les Aubangeois terminèrent assez éprouvés physiquement face à des adversaires dans l’ensemble plus âgés dont quatre éléments évoluent régulièrement en promotion. Le bon climat qui avait présidé la rencontre se poursuivit à l’issue de la partie. Chants et fête réunirent les deux équipes et les arbitres qui soulignaient eux-mêmes non seulement la bonne qualité du football produit mais surtout le bon état d’esprit général de la partie.

Pour se qualifier, l’équipe d’Aubange avait écrasé Libramont 6-0 et avait écarté Hoeselt 1-0. « Participer au tour final national est déjà une consécration mais pratiquement forcer les portes de la finale, c’est formidable et on se prend au jeu » avouait un responsable. Il est évident qu’il ne manquait pas grand chose à cette équipe pour disputer la finale nationale. Les juniors d’Aubange étaient entraînés par René Kintziger assisté de Dominique Moinil. Raymond Liégeois, le père du libero, assumait les fonctions de délégué.

Mérite sportif à Aubange

junior2-b

De gauche à droite :

Debout :  Laurent Piazzon, David Gracco, Jean-François Mathieu, Jean-François Muller, Alain Plun, Gérald Liégeois, Vincent Meyer, René Kintziger (entraîneur), Michel Casciato, Raymond Liégeois (Délégué), Gaëtan Lanners, Dr Jean-Marie Hubert (Président), Arnaud Mathieu

Accroupis :  David Oth, David Valentin, Olivier Gratia, Dominique Moinil, Sébastien Ancion

Absents :   Frédéric Peruzzo, Philippe Roth, Hervé Villance, Luc Hansel, Rudy Jacolet, Alain Lambert, Belacca Jean-Carl

Le vendredi 13 septembre 1991, l’équipe des juniors d’Aubange recevaient de l’administration communale le trophée du mérite sportif 1990-1991 pour leur brillant parcours au tour final national. C’est la première fois que, dans un tour final de jeunes au niveau national, une équipe de la province atteint ce stade. Le bourgmestre, M. François Ritz, remit le trophée communal à René Kintziger et à ses joueurs.

Aller-retour

Pour la saison 1990-1991, c’est Michel Hilbert qui pris en main l’équipe première. Ensuite, pour la saison 1991-1992, Christian Cigada arrive à la tête de l’équipe première. Lors de ces deux années, le club a gardé sa place au sein de l’élite. Par contre, lors de la saison 1992-1993, où Christian Cigada a rempilé, la R.E.S.A. fit une nouvelle culbute en 2ème provinciale en terminant 16ème du championnat.

Ci-dessous, l’équipe de 1990-1991

90-91b

De gauche à droite :

Debout : René Focant, Frédéric Lebrun, Olivier Villance, Rudy Jacolet, Serge Lemaire , Denis Hubert, Christian Delcorde, Arnaud Mathieu, Denis Schlesser, Dominique Moinil (adjoint)

Accroupis : Dominique Lapeyre, Pascal Gratia, Alain Lambert, Pascal Roa, Michel Hercot, Dominique Toussaint, Michel Hilbert (entraîneur)

Ci-dessous, l’équipe de 1991-1992

91-92b

De gauche à droite :

Debout :   Denis Hubert, Christian Delcorde, Michel Hercot, Luc Hansel, Dominique Ruar, David Valentin, Eric Picart, Laurent Piazzon, Michel Andrin (délégué)

Accroupis : Olivier Gratia, Christian Cigada (entraîneur), Dominique Toussaint, Dominique Lapeyre, Salvatore Calvano, Alain Lambert, Pascal Roa, Konstantin Djuric

Ci-dessous un article de presse dant de 1992 avec les Diablotins de la R.E.S.Aubange qui étaient partis à Anderlecht. Cliquez sur l’image pour l’agrandir

ag30-001

Ci-dessous, l’équipe de 1992-1993

92-93b

De gauche à droite :

Debout :  Michel Angelini, Stéphane Maquet, Sébastien Ansion, Olivier Hubert, Rudy Jacolet, Didier Pennequin, Dominique Ruar, Luc Hansel, Pascal Roa, Michel Hercot, Michel Andrin

Accroupis :  Olivier Bechet, Christian Cigada, Alain Lambert, Salvatore Cavano, Laurent Piazzon, David Valentin, Dominique Toussaint, Olivier Gratia

Lors de la saison suivante (1993-1994), Aubange réintègre la 1ère provinciale en étant champion de 2ème provinciale avec 50 points sur soixante. Malheureusement, Aubange fera l’aller-retour pour se retrouver en 2ème provinciale après la saison 1994-1995 en terminant 13ème de première provinciale. L’entraîneur de ces deux saisons était Philippe Bouvy.

Ci-dessous, l’équipe de 1994-1995

94-95b

De gauche à droite :

Debout : Christophe Valentin, Dominique Toussaint, Denis Hubert, Sébastien Ansion, Rudy Jacolet, Eric Perin, Michel Feltesse, Fabrice Bergmann, Michel Andrin

Accroupis : Thierry Zigrand, – , Dominique Ruar, David Valentin, Denis Schlesser, Pascal Plata, Philippe Bouvy

4 années d’exil

Aubange resta en 2ème provinciale durant quatre années. Lors de la saison 1995-1996, Aubange termina 9ème du championnat. En 1996-1997, l’équipe se classa 5ème. Lors de ces deux saisons, l’équipe était entraînée par M. Leonetti. En 1997-1998, Aubange termina 3ème du championnat, après que l’équipe ai été reprise en main par Thierry Lespagnard, qui succéda à Dominique Lapeyre en cours de saison.

Ci-dessous, l’équipe de 1997-1998

97-98b

De gauche à droite :

Debout : René Focant (délégué), Sébastien Ansion, Denis Hubert, Michaël Delcorde, Rudy Jacolet, Laurent Pêcheur, Michel Feltesse, Thierry Lespagnard, Georges Kremer, Alain Goebel (délégué)

Accroupis : Dominique Lapeyre (entraîneur), Olivier Hubert, Manuel Rausch, David Rigaux, Patrick Henry, Olivier Gratia, Jean-Marc Feltesse, Miguel Berte

Le sacre

C’est la saison suivante, en 1998-1999, qu’Aubange réintègre la 1ère provinciale avec Thierry Lespagnard comme entraîneur. Le sacre fut célébré à Mussy-la-Ville avant de continuer de fêter le titre dans les installations de la R.E.S.A. Aubange a terminé la saison 1998-1999 à la 1ère place avec 71 points sur 90 et 5 points d’avance sur le premier poursuivant Sainte-Marie-sur-Semois.

Ci-dessous, la photo de début de saison 1998-1999

98-99-2

De gauche à droite :

Debout :  Alain Goebel & René Focant (délégués), Rudy Jacolet, Manuel Mandy, Thierry Lespagnard (entraîneur), Miguel Berte, Denis Hubert, Sébastien Ansion, Rudy Pierrard, Georges Kremer

Accroupis : Michel Feltesse, Manuel Rausch, Olivier Hubert, Stéphane Rabiot, Laurent Piazzon, Manuel Reis, David Rigaux, Olivier Gratia (Bouli)

Ci-dessous, l’équipe de la saison 1998-1999 sacrée championne

98-99b-2

De gauche à droite :

Debout :  René Focant & Alain Goebel (délégués), Michel Feltesse, David Vanderveken, Romain Pêcheur, Miguel Berte, Jean-Marc Feltesse, Rudy Jacolet, Sébastien Ansion, Romuald Thomas, Thierry Lespagnard (entraîneur)

Accroupis : David Rigaux, Rudy Pierrad, Manuel Rausch, Oliver Gratia (Bouli), Stéphane Rabiot, Laurent Piazzon, Manuel Reis, Gaëtan Hardy (kinésithérapeute), Michel Brosius (entraîneur adjoint)

Maintien

Lors de la saison 1999-2000, Aubange se maintient en première provinciale en terminant 12ème du championnat, et espère bien rester au sein de l’élite durant de longues années. Mais seul l’avenir nous le dira. L’entraîneur pour la prochaine saison est toujours Thierry Lespagnard, qui accomplira sa 4ème saison avec la R.E.S.Aubange.

Ci-dessous, l’équipe 1999-2000

99-00b

De gauche à droite :

Debout :  Michel Chleide (secrétaire), Pascal Plata, Rudy Pierrard, Jean-Marc Simon, Olivier Di Pillo, David Vanderveken, Miguel Berte, Rudy Jacolet, Sébastien Ansion, Thierry Lespagnard (entraîneur), René Focant (Délégué)

Accroupis : Michel Feltesse, Olivier Gratia, Michel Henin, Stéphane, Rabiot, Romuald Thomas, Manuel Reis, David Rigaux, Raphaël Lefèvre, Steve Fox, Alain Goebel (délégué)

Absents :  Manuel Rausch, Gaëtan Hardy (kiné)

C’est également durant cette saison que le site Internet de la R.E.S.A. a vu le jour. Plus exactement en mars 2000.

Lors de cette saison, Aubange a d’ailleurs remporté le challenge de régularité de l’Avenir du Luxembourg.

Aubange et Rossart : l’avenir

a0523titre

a0523a

a0523photo1

a0523photo2

a0523photo3

a0523photo4

a0523photo5

a0523match

Bonne saison

Lors de la saison 2000-2001, riche en rebondissement, Aubange réalise une bonne saison et finit 7ème au classement général, ratant de peu le tour final. Une bonne saison donc, compte tenu des circonstances. En effet, Thierry Lespagnard remis sa démission en cours de saison et c’est Michel Brosius qui a repris l’équipe en main. Ce dernier a annoncé à son tour à quelques matchs de la fin du championnat qu’il ne désirait plus continuer en tant qu’entraîneur principal la saison prochaine. Chapeau donc à toute l’équipe et à tous ceux qui gravitent autour.

Ci-dessous, l’équipe 2000-2001

capture-decran-2016-09-30-a-12-32-12

Saison moyenne

En ce qui concerne la saison 2001-2002, c’est Jean-Louis Michel qui avait pris les commandes de la R.E.S.Aubange. Malheureusement, le club a été contraint de mettre un terme à cette relation après quelques matchs de championnat, et Michel Brosius repris l’équipe en main, aidé d’un entraîneur adjoint en la personne de Denis Hubert. Après une belle série de quatre victoires, l’équipe a joué le reste de la saison en dents de scie mais a fini par se sauver en terminant à la 12ème place.

Ci-dessous, l’équipe 2001-2002

capture-decran-2016-09-30-a-12-31-32

De gauche à droite :

En haut : Emmanuel Reis, Denis Schlesser, Rudy Jacolet, Gaëtan Hardy (kiné et webmaster), Jean-Louis Michel (ancien entraîneur)

Debout : Michel Chleide (secrétaire), Michel Brosius (entraîneur), Jérôme Bouvy, Gérald Craye, Rudi Pierrad, Miguel Berte, Sébastien Ansion, Denis Hubert, David Vanderveken, Jean-Marie Hubert (Président), Alain Goebel (délégué et trésorier)

Accroupis : David Rigaux, Rapahël Lefèvre, Sanel Latic, Laurent Piazzon, Steve Fox, Jessy Kintziger, Grégory Focan

Manquant : Olivier Dipilo

 

Remerciements : Pour l’élaboration de cette rétrospective, j’ai pu compter sur certaines personnes que je voudrais remercier : Victor Schiltz, Marcel Hourt, André Reyter, Maurice Hardy, André Ansion, Mémé Hardy, Le Journal des 3 Frontières (Frank Arend et Benoît Letecheur), CP Arlon, Michel Hilbert, Jules Morsomme (malgré une caution de 2500 BEF que j’ai du verser pour lui emprunter 4 livres contenant des articles de presse) et M. Grogna (+).